AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

  Who's laughing now ? with Kellen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


♣ Date d'inscription : 06/09/2011
Messages : 96
♣ Où suis - je? : Hein ?


Me, myself & I
Statut: Célibataire
♣ Humeur:
100/100  (100/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Who's laughing now ? with Kellen   Jeu 15 Sep - 21:42


Kellen T. Parson & Aubrey S. Marin

Who's laughing now ?


    "Il arrive qu'un individu devienne le centre de votre vie, sans que vous ne soyez lié à lui ni par le sang ni par l'amour, mais simplement parce qu'il vous tient la main, vous aide à marcher sur le fil de l'espoir. Ami ! Frénétiquement." Fatou Diome

    On ne m'a jamais vraiment considéré comme une enfant "normale". J'étais agitée, imaginative, je volais et brûlais tout ce que je trouvais, j'étais souvent d'humeur changeante. J'ai toujours été un mystère comme une évidence pour les gens. J'aimais me rendre dans les endroits bondés comme déserts. J'aimais les magasins, les concerts, les foires, j'aimais toutes ces choses, sauf que j'étais une personne qui avait aussi besoin de calme, de silence, et surtout, j'avais besoin de réfléchir. Lorsque j'étais plus jeune, je ne pouvais penser lorsque mes parents se trouvaient à mon côté. Ils avaient toujours ce besoin de me parler, de tenter de me faire la conversation. Sûrement essayaient-ils de se rapprocher de la fille qu'ils avaient petit à petit éloigné d'eux. La distance était déjà là, le fossé était déjà creusé. Et ce fossé, c'était eux qui l'avaient creusé à coups de pelle. M'attarder sur l'épisode de ma triste enfance n'était pas réellement quelque chose que j'aimais, il n'empêche que comme je viens de le préciser, c'est mon histoire, mon passé, donc c'est là, et ça non plus ça ne part pas. Je me souviens de ce jour, j'avais douze ans, et j'avais cinq dollars d'argent de poche par semaine ( j'en étais fière de ces cinq billets verts !). J'avais l'impression d'être grande, je me sentais parfois importante vis à vis de mes parents, parcequ'ils me faisaient confiance, mais en fin de compte, rien ne changeait. Donc, quand j'avais douze ans, je sortais énormément, et c'est ainsi que j'ai découvert le Manoir de Northfield. J'y allais souvent, enfin, devant. Jusqu'ici, je n'avais jamais eu le courage de mettre un pied à l'intérieur, cet endroit était beaucoup trop glauque pour moi. Or aujourd'hui, je tentais le pire. J'avais envie d'une nouvelle expérience, j'avais envie de me faire peur, j'avais envie de tester mes limites. Alors je m'y suis aventuré, ma besace sur mon épaule, mes Bensimons aux pieds, mon bonnet léger sur ma tête, et mon manteau de saison. Dans mon sac évidemment, mon briquet et ma boîte d'allumette ( au cas où un des deux manque ). Il faisait froid, chacun de mes pas sur le parquet faisait retentir un bruit pas possible dans cette maison déserte. Les araignées avaient sans aucun doute fait de cet... endroit, leur "paradis". Tous les trois mètres, je me prenais une toile dans la figure. J'apercevais une boite en bois, la trouvant à mon goût, je la fourrais dans mon sac après l'avoir essuyé avec ma manche. Maintenant que j'y étais, autant refaire mon salon. J'arrivais au milieu d'une pièce, le salon, et m'asseyais par terre. Puis j'attrapais un bout de papier qui se trouvait sur une table, et le parcourais. Il n'y avait que des lignes noires. Alors j'attrapais mon briquet et le brûlais, lentement, jusqu'à ce qu'il se recroqueville sur lui même et ne forme qu'un petit tas de cendre noires. J'humais cette douce odeur, celle qui emplit une pièce lorsqu'on souffle ses bougies d'anniversaire, et relevais la tête. Kellen était là, immobile, à me regarder, à la fois surpris et horrifié. Sans plus attendre, je me jettais dans ces bras en m'exclamant : Kellen !!


Dernière édition par Aubrey S. Marin le Sam 8 Oct - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♣ Date d'inscription : 22/08/2011
Messages : 398
♣ Où suis - je? : Tout près de toi certainement (a)


Me, myself & I
Statut: Célibataire
♣ Humeur:
100/100  (100/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Re: Who's laughing now ? with Kellen   Ven 7 Oct - 21:10


Who's laughing now ?

Aujourd'hui, je me réveillais un peu de mauvaise humeur. Je ne savais pas vraiment pourquoi, enfin je le savais peut être mais je n'osais pas me l'avouer en vérité. Je préférais ne pas y penser et faire comme si de rien n'était. Le problème...c'est que je n'y parvenais pas ! Je me levais alors du lit et trainassais les pieds par terre comme un enfant qui vient de se faire gronder et qu'on envoie dans la chambre. Je passais par la cuisine afin de me trouver un petit truc à manger puis j'allais m'affaler dans le canapé et je zappais le programme de la télévision. Il n'y avait rien de bien intéressant, je décidais donc d'éteindre la télé et d'aller prendre une douche me disant que ça irait peut être mieux après. Je restais un long moment sous la douche, je n’avais pas regardé l’heure avant d’y aller mais j’y étais au moins rester quarante minutes. En plus j’avais pris une douche bien chaude comme je les aime, raison de plus pour rester plus longtemps sous l’eau qui coulait sur mon corps. Je sortais de la salle de bain avec une serviette blanche autour de la taille laissant derrière moi une épaisse couche de vapeur d’eau. En sortant, un frisson me parcouru le corps, en effet il faisait bien plus froid dans l’appartement que dans la salle d’eau. Je m’empressais donc de rejoindre ma chambre et de me trouver des vêtements à mettre. Je fouillais un peu avant de me décider à mettre tout simplement un jean et un t-shirt. Je m’assis alors sur mon lit en soupirant, je n’allais pas mieux. Enfin, ce n’est pas que j’allais mal mais j’étais vraiment tracassé par ce qui c’était passé quelques jours avant… Après avoir mis mes vêtements je me décidais à remédier à tout ça. Je ne pouvais pas rester comme ça, d’ailleurs je trouvais ça un peu étrange de réagir de la sorte face au problème. En réalité, le problème c’était Kaliska, enfin pas elle particulièrement mais…mon lit. Oui mon lit…en fait lors de notre dernier rapport elle m’a « reproché » que mon lit était inconfortable sous prétexte qu’un ressort n’était plus à sa place et cela la dérangeait. Actuellement, je n’avais pas les moyens de me payer un lit neuf, aller chez elle c’était risqué, l’hôtel c’était trop cher… Je pris donc comme décision de chercher un endroit pour notre prochain rendez vous. Je voulais la surprendre. J’enfilais donc mes chaussures avant de prendre mes clés de maison et je sortis de l’appartement en le fermant à clé puis glissant les clés dans ma poche. Je marchais dans la rue, je ne savais pas trop où aller. Je regardais les bâtiments, les gens, cherchant l’inspiration. Je marchais durant un long moment jusqu’à ce que j’arrive, sans vraiment savoir comme j’étais arrivé là, devant le manoir. Ce manoir était inhabité depuis de nombreuses années, personnes n’osaient s’y aventurer. Un petit sourire se dessinait sur mon visage, et si j’avais trouvé ce lieu que je cherchais depuis quelques heures maintenant ? Je montais alors les marches de l’entrée avant de pousser la grande porte qui grinçait. Je fis un pas à l’intérieur, il faisait sombre, très sombre, à chacun de mes pas le plancher craquait. Je me retournais sans cesse car j’avais l’impression d’être suivi, ce n’était rien d’autre que mon imagination. Je continuais ma petite visite, plus ça allait plus le lieu me plaisait. La peur…j’aimais ça…j’espérais que mon idée allait plaire à Kaliska. Je rêvassais un peu quand j’entendis des petits bruits, comme si quelqu’un était là. Mon cœur commença à battre plus fort. J’avançais à pas lents. Puis je trouvais l’origine du bruit, il y avait quelqu’un dans ce manoir. Je me dirigeais vers l’ombre que je voyais. Quand je fus tout proche, c’est alors que la personne enflamma un bout de papier qu’elle avait dans les mains. Dans la rapide lumière du feu, je reconnu Aubrey. J’étais très étonné de la trouver là, je restais sur place, bouge bée ne disant rien. Je n’eus pas le temps de reprendre mes esprits qu’elle m’avait sauté au cou en criant presque mon prénom. Après quelques secondes je revins à moi et passais mes bras autour d’elle avec un petit soupire de soulagement. __Aubrey ! Tu m’as fichu une de ces trouilles, ne me fait plus jamais ça !


-------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♣ Date d'inscription : 06/09/2011
Messages : 96
♣ Où suis - je? : Hein ?


Me, myself & I
Statut: Célibataire
♣ Humeur:
100/100  (100/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Re: Who's laughing now ? with Kellen   Sam 8 Oct - 16:25


Kellen T. Parker & Aubrey S. Marin

Who's laughing now ?


    Aubrey ! Tu m’as fichu une de ces trouilles, ne me fait plus jamais ça ! Je gloussais. J'aimais embêter Kellen, enfin j'aimais embêter tout le monde en général, mais Kellen en particulier. Je me rapelle lorsque nous sommes sortis ensembles, il n'y avait pas vraiment de sentiments, juste de l'attirance. Et maintenant notre relation était un mixte de tout : sexfriends, amis, sentiments amoureux... On ne savait même plus ce que nous étions l'un pour l'autre. Mais ça ne faisait rien, je n'aimais pas la simplicité, j'aimais en baver, j'aimais me prendre la tête pour des choses compliquées et difficiles à comprendre. De toute manière, j'étais difficile à comprendre. Je tenais dans ma main le briquet et serrais dans mes bras Kellen. Je m'en détachais à contre coeur et lui souriais.

    Désolée, je suis tellement heureuse de te voir !. Pour venir du coeur, ça venait du coeur. J'essayais de le regarder avec un visage impassible, mais mon sourire ne parvenait pas à redescendre. Au bout de quelques secondes, je parvins tout de même à le regarder "normalement". En soupirant, je m'asseyais près du tas de cendre et de mes affaires et le regardais faire de même. Que viens-tu faire ici ? Mon ton était devenu cassant, car en réalité, je n'aimais pas être dérangé pendant mes... occupations ( c'est-à-dire voler et brûler tout ce que je vois en fourrant mon nez là où je ne devrais pas). Je regardais le tas de cendre, et attrapais un autre bout de papier qui se trouvait sur la table, puis je m'amusais à le brûler aussi tout en attendant la réponse de mon ami. Je levais les yeux vers lui et le regardais. Ses beaux yeux bleus, ses cheveux bruns soyeux. Il me fait craquer. Je lève ma main vers lui et lui caresse la joue. Puis comme une idiote, je rougis et marmonne : Désolée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Who's laughing now ? with Kellen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Who's laughing now ? with Kellen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» un jeu marrent hihihi
» Mark Hamill laughing
» We laughed and laughed, except I wasn't laughing... | Nikita
» ANNA WOODS + you feel like laughing but you start to cry .
» I'm only human after all - Roy Kellen
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pop The Glock :: South :: Northfield :: Manoir-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit