AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Take an other drink, drink it if you can

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


♣ Date d'inscription : 03/09/2011
Messages : 41


Me, myself & I
Statut: soule, drogée, seule peut-être un peu amoureuse
♣ Humeur:
50/100  (50/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Take an other drink, drink it if you can   Mer 21 Sep - 21:59




« Kathleen Clawson et Shane C. Duncan »





Une voiture de sport a démarré au feu juste sous ma fenêtre, me réveillant en sursaut. Désorientée, j'ai tâtonné les draps autour de moi : ils étaient froids. J'ai ramené mes jambes sous ma poitrine et j'ai laissé aller ma tête contre mes genoux. Mes mains se sont crispées, chiffonnant ma couverture pour que j'y enfouisse mon visage. Je cherchais son odeur, mais je savais que ça faisait longtemps qu'elle n'y était plus. Les larmes ont débordées de mes paupières, je n'ai pas relevée la tête. Je ne sais pas combien de temps je suis restée ainsi prostrée, la seule chose que je puisse affirmer, c'est d'avoir quitter ma torpeur à midi passé. J'ai directement déjeuner, ce qui consister pour moi ces derniers temps à avaler un verre d'eau avec un cachet d'aspirine avec un muffin aux pépites de chocolat. Ce jour là, j'ai pris une douche plutôt qu'un bain, -il était déjà assez tard, et j'arrivais plus facilement a m'extraire de la salle de bain après une douche. Puis vient ma séance quotidienne de maquillage et de coiffage : une longue heure assise devant le miroir a jongler entre les palettes et le fer a friser, et j'étais présentable vers 15 heures de l'après-midi. Il était encore bien trop tôt pour allez au Night Club, alors je me suis affalée dans le canapé armée de la télécommande. Ils diffusaient Diamant Sur Canapé sur une chaîne câblée, je me suis arrêtée la dessus, j'avais le choix entre ça ou American Idol... J'ai pris un paquet de chips au fromage et le dernier Vogue. Franchement, je ne comprends toujours pas pourquoi ils ont mis une russe en couverture, elle est tellement grande que la photo a du être prise a 6 mètres pour la faire rentrer dans le cadre. Audrey Hepburn s'agitait sur l'écran, je feuilletais mon magazine pour la 9e fois avant de mourir d'ennui. Je regrettais de plus en plus d'être revenue a Birmingham, mais je n'avais pas le choix. Je suis sortie sur le balcon pour fumer. Une. Et puis deux. Trois. *Bon ok, ça ne sert a rien de lutter* Il fallait que je sorte. 19 heures. Trop tôt, encore... J'ai troqué mon jeans et mon sweat Abercrombie contre un micro-short noir, un débardeur basic, ma veste en cuir et des bottes franges à talons. Je me suis retrouvée sur le trottoir, mes cigarettes, mon briquet et mes lèvres brillant sous le lampadaire qui crachotait une lumière pâle. J'avais déjà la tête qui tournait, mais ce n'était pas assez, pas assez pour ne pas penser à lui. Je suis passée au bar pour prendre un premier verre (ou plutôt les trois premiers verres). J'ai marché dans le quartier, l'air frais sur mon visage éclaircissait mes pensées, -ce que je ne voulais pas. Du coup, je suis arrivée parmi les premiers à l'entrée du Night Club. Un groupe d'ados surexcités étaient devant moi. Je suis partie dans mes souvenirs, me rappelant de ma première soirée. Je pouvais encore voir la robe que j'avais mis cette nuit là, je savais quel maquillage j'avais utilisé, ce que j'avais bu, et chacun de mes gestes qui me torturait l'esprit aujourd'hui. Le videur est enfin apparu, laissant passé les adolescents, puis moi, et les quelques autres personnes qui s'étaient rajouté à la file. Je rentre dans la pénombre, et pour la première fois de la journée j'éprouve quelques choses. Une bouffée d'euphorie monte en moi, et je sais que c'est la seule raison pour laquelle j'ai réussi à me levée ce matin. Je commence par le bar. Un type m'aborde, on va danser. Pendant un quart d'heure, je tiens le coup. Mais brusquement mon verre est vide, je m'éloigne précipitamment pour retourner au bar. Le type est vexé. je m'en fiche ; pauvre idiot. Un autre, un gamin au yeux brillants qui louche dans mon décolletée. Et ça recommence. Je finis par ne plus les compter. Shot. Shot. Shot. Shot, Shot, Shot ! Je ne marche plus droit. Peu importe, j'ai enfin trouvé ce que je voulais. On m'a filé 4 grammes. Je descend aux toilettes presque en courant, je manque de m'étaler dans les escaliers, mais ce n'est pas grave, j'ai quand même envie de rire. Je ferme vivement la porte derrière moi, je m'agenouille sur devant la cuvette sur laquelle j'ai bruyamment fait tomber le rabat. La poudre blanche tombe, je fait mes lignes avec ma carte bleue, puis je roule un billet de 10 dollars pour les aspirer. Quand j'ai fini, je me laisse aller contre la porte derrière moi pendant quelques secondes. Je ne sens plus mon corps, je vois mal, ma bouche est pâteuse et pourtant c'est presque le meilleure moment de ma journée. Je me relève, et je sors. Je remonte les escaliers en courant, -du moins c'est ce que j'essaye de faire. Je bouscule un homme. Je lève la tête vers lui, et pendant un instant, je me dis que c'est lui. Je me dis qu'il va m'arracher a cet enfer, qu'il va me prendre dans ses bras et me dire avec son sourire en coin que j'aimais tant « allez viens mon bébé, on va rentrer. » et puis je me rappelle qu'il est parti. Alors je pars dans un rire hystérique, incontrôlé, drogué. Je ris a gorge déployée jusqu'à en perdre haleine, parce que je suis si stupide. Il reste là, a me regarder. Il pense que je suis folle, c'est sur. Me redressant, je retrouve un semblant de dignité pour lui dire : « Salut... Hm, désolée, tu dois croire que je suis dingue, mais tu m'a juste fais penser à quelqu'un. Enfin bref, moi c'est Kathleen.» Je ne suis pas sure de ne pas passer pour une pauvre fille qui vient de se défoncée en disant ça, mais au fond, ça m'est bien égal. J'attends qu'il me bouscule en marmonnant un remarque sans intéret, en gardant un demi-sourire sur mon visage.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♣ Date d'inscription : 29/08/2011
Messages : 70


Me, myself & I
Statut:
♣ Humeur:
100/100  (100/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Re: Take an other drink, drink it if you can   Dim 25 Sep - 18:33


Kathleen Clawson et Shane C. Duncan



Shane alluma sa cigarette à l'aide de son Zippo. L'objet scintilla brièvement sous un rayon de soleil. Il jeta un bref coup d'oeil à son réveil et soupira. Midi. Se coucher si tard le forçait à se réveiller à des heures pas possible, mais pour lui, être levé si tôt relevait de l'exploit. Il souffla un nuage de fumée et repoussa avec son pied les draps qui recouvrait ses jambes. Le silence ambiant indiquait qu'une fille, si il y en avait eu une, avait déjà disparue. Tant mieux, le jeune homme n'aimait pas les lendemains.
La tête lourde et l'esprit brumeux, il se leva tant bien que mal que passa un T-shirt grisâtre. La chose devait traîner depuis quelques jours car il sentait fortement la clope. J'attrapais mon portable et vérifiait mes messages, la cigarette valsant entre mes doigts.
Quelques textos de ses potes lui rappelant d'emmener la came pour la soirée du soir, un de confirmation pour un petit boulot et un autre de Leah. Il sourit en lisant ce dernier. La petite brune était sa meilleure amie, ils avaient passé la soirée ensemble, la veille.
Il s'étira et marcha tranquillement vers la cuisine. Une boîte de corn-flakes posée sur la paillasse attira son regard. Il l'attrape et piocha dedans comme dans un paquet de chips.

Lorsqu'il fut enfin rassasié, c'est à dire longtemps après, il décida enfin de prendre une douche. L'heure tournait, et ce soir il jouait.

- God save the queen~ chantonna t-il tout en plongeant sous l'eau brûlante.

Il n'avait plus envie de sortir de la cabine pleine de buée. L'air chaud l'enveloppait et il avait l'impression que tout ses problèmes disparaissaient. Dans cet espace confiné il commençait même à s'oublier. Cette sensation n'arrivait que lorsqu'il était défoncé. Ce qui arrivait de plus en plus souvent. Comme un alcoolique boit pour oublier, Shane se shootait pour oublier. Oublier quoi ? Oui c'est vrai, il n'a plus rien à oublié car le plus lointain souvenir qu'il ait, date d'au maximum cinq ans... C'est dur de ne plus rien savoir. C'est dur de se réveiller tout en sachant qu'on a tout perdu, sans pouvoir se rappeler de leurs visages. Boire, fumer et ingérer toute sortes de drogues n'est sûrement pas une solution, mais pour le moment ça marche.

Il sortit quand même et s'habilla. Jean Levis usé et T-shirt noir. Tout en allumant une nouvelle cigarette, il chercha sa guitare des yeux et l'attrapa, laissant quelques notes s'échapper des cordes pincées. Il joua une bonne heure, alternant musique seule et chant. Il devait jouer le soir même à un pub.

L'après-midi passa vite. Très vite, et en bon drogué, il commença la soirée totalement défoncé. Les notes s'égrainaient entre ses doigts experts, sa musique était belle, il pouvait jouer un air plannant de Danakil comme plus "rock" en reprenant les Rolling's. Il ne jouait pourtant pas depuis longtemps, enfin, pas à sa connaissance...

Bvvbvvbvvvvv.

Shane se réveilla en sursaut. Il ne se souvenait pas de grand chose... Son téléphone continua à vibrer. Il décrocha, la voix pâteuse :

- A-Allo ?
- Shane ? Vieux qu'est c'que tu branle putain ? On passe dans 20 minutes bordel !

Jeremiah. Son meilleur ami. Le jeune homme avait l'esprit embrumé et mis du temps à comprendre les paroles de son ami. Merde. Le concert.

- Stresse pas, j'arrives.

Il se leva, entreprit de rassembler ses affaires dans une besace et rangea sa guitare dans son étui. Dix minutes plus tard il était en bas. Il couru comme un fou dans la rue arriva in-extremis au night club où l'attendait le reste du groupe.

Ils jouèrent une heure. La foule d'adolescents et de jeunes adultes scanda leurs noms dans l'obscurité. Lorsqu'il eut terminé, ils se précipita aux toilettes. La drogue avait beau être partout, mieux valait l'ingérer en secret.
Alors qu'il descendait les marches des escaliers, une jeune femme le heurta.

- Salut... Hm, désolée, tu dois croire que je suis dingue, mais tu m'a juste fais penser à quelqu'un. Enfin bref, moi c'est Kathleen.

Jolie fille. C'est la première idée qui lui vint à l'esprit en la voyant lever les yeux vers lui.


- Enchanté Kathleen, moi c'est Shane, dit il avec un sourire charmeur aux lèvres.

Puis il sortie une cigarette de sa poches - il avait laissé son sac dans la loge - et l'alluma.

- Je peux t'offrir un verre ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♣ Date d'inscription : 03/09/2011
Messages : 41


Me, myself & I
Statut: soule, drogée, seule peut-être un peu amoureuse
♣ Humeur:
50/100  (50/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Re: Take an other drink, drink it if you can   Dim 25 Sep - 21:56




« Kathleen Clawson et Shane C. Duncan »




Non, ma tête n'était pas en train d'exploser. D’imploser, peut-être. Je passais la main dans mes cheveux, faisant semblant d'écarter une mèche pour m'en assurer. Parce que honnêtement, ça aurait était vraiment stupide de faire mon overdose devant un mec que je connaissais à peine. L'overdose tant voulu 23H55 sur 24, cette fin, cet oubli, que je désirais plus que Lui même désormais, ne pouvait pas tomber pendant les seules cinq bonnes minutes de ma journée. Pour le reste, ça avait presque était une bonne soirée, dans le sens où j'en avais eu pas mal, que je n'avais pas rencontrée d'ancienne amie, et que j'avais passé la nuit chez, évitant toute après-midi avec un pot-de-colle qui n'aurait même pas eut besoin d'un seul verre avant 22H. Et puis, vraiment, faire mon overdose au Night Club comme une gamine de treize qui se retrouve à l'infirmerie parce qu'elle a enfin arrêté de crapoter et qui tombe sur le futur quaterback. J'avais vraiment passé cet âge, et une simple malboro ne me faisait plus rien. Pourtant, cette histoire qui était arrivée bel et bien arrivée a une fille de ma classe -que j'avais descendu jusqu'à l'avant dernier barreau social en ricanant devant toute la cafétéria après qu'elle me l'ai raconté- avait quelques choses de tristement semblable. Tout dépendait de ma réaction. Heurter quelqu'un dans les escaliers d'une boite de nuit n'avait rien de très extraordinaire, vu que la plus part dès gens y aller ou bien parce qu'ils avaient trop bu, ou bien pour prendre leurs drogues diverses. Certains s'enfuyaient comme des voleurs, d'autres vous crachait dessus, et parfois, vous pouviez très bien vous en sortir avec une habile pirouette sociale. Après avoir foncée dans quelqu'un, s’excuser en se traitant de folle, puis sourire et se présenter. Même si quelques secondes auparavant vous avez eu une très tentante illusion. Votre raison de débauche revenant brusquement vers vous en souriant, pour la quatrième fois de la journée, alors que vous ne l'avez pas vu depuis presque quatre mois. C'est fou de voir a quel point la présence d'une personne souhaitée peu devenir obsédante. Comment elle éclipse le reste de votre existence, comment vous vous étiez battue pour en arrivée là : tous vos efforts réduits au même état que la fumée noire de cette mauvaise cigarette plus rapidement qu'il ne lui faudra de temps pour se consumer. Et puis l'effet se dissipe, et il vous faut ouvrir les yeux sur ce que vous avez. C'est ce qu'il fallait que je fasse. J'ai relevée la tête vers mon interlocuteur l'examinant au passage : jean's levis et t-shirt noir. Assez sobre et sexy à la fois. À ma tentative de sauver la situation sociale, il répondit simplement avec un sourire charmeur aux lèvres : "Enchanté Kathleen, moi c'est Shane" Il me fallut encore un quart de seconde avant de réaliser qu'il faisait parti du groupe qui avait joué ce soir. Je luttais contre l'envie de mordre la lèvre pour ne pas m'en être aperçue plus tôt, j'étais vraiment défoncée. Il alluma une cigarette sortie de sa poche ce que je trouvais plutôt curieux, ne pas avoir son paquet sur soi était incompatible avec mon mode de vie. J'ai répondu avec un sourire qu'il en était de même pour moi. Il à souffler un nuage de tabac et repris : "Je peux t'offrir un verre ?". Apparemment, je n'étais pas spécialement dingue pour lui. Soulagée, j'ai répondu en sortant mes propres clopes : "Habituelment, on m'évalue a au moins une bouteille..." Un sourire en coin s'est déssiné de lui même sur mes lèvres. Vrai et naturel, comme j'en avais pas laissé échappé depuis longtemps. J'ai tiré une taff, presque amusé à l'avance de la réponse qu'il allait me faire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♣ Date d'inscription : 29/08/2011
Messages : 70


Me, myself & I
Statut:
♣ Humeur:
100/100  (100/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Re: Take an other drink, drink it if you can   Lun 3 Oct - 22:16


Kathleen Clawson et Shane C. Duncan



Shane faisait danser sa cigarette entre ses doigts. Il fixait la jeune femme, la dévisageait sans gène. Elle avait de jolies boucles blondes, d'immenses yeux verts-gris très pâles. Très jolie, vraiment. Très déchirée aussi. Elle sortie une clope de son paquet et sourit :

- Habituelment, on m'évalue a au moins une bouteille...

Le jeune homme souriait. Il tira lui même une taff et s'accouda au mur. Il passa une main dans ses cheveux et continua à la regarder. A première vue elle lui plaisait. Restait à savoir si elle était folle alliée ou juste défoncée… En parlant de drogue, Shane n'avait toujours pas pris la sienne. Il sentait le petit paquet dans sa poche, à chaque pas il entendait presque les cachets s'entrechoquer.
Il commença à descendre les marches. Il ne voulait pas les prendre "en publique" mais refusait d'attendre encore : ça faisait déjà au moins une heure qu'il se répétait " Plus tard, plus tard " et les signes de manque commençait à se faire sentir. Léger tremblement dans sa main libre, sensation de nausée en voie d'apparition… Sa cigarette avait presque finie de se consumer.

- J'ai quelques trucs à prendre, tu me suis ?

Il continua de dévaler les marches sur démarche assurée, enfin, plus ou moins disons. D'une main il jeta son mégot à terre et l'écrasa, le laissant finir sa vie parmi ses semblables. Ses mains retrouvèrent leurs place dans les poches de son jean et ses doigts caressèrent le petit sachet de plastique.
Plus il avançait, espérant la jeune femme sur ses talons, plus l'éclairage devenait faible, voir inexistant. Il évoluait dans un couloir insalubre, les murs marqués d'inscriptions diverses et de slogans plus ou moins admirables. Il bousculait des couples de jeunes s'embrassants contre les murs, croisait des gens qui, comme lui, préféraient se shooter en solo, à l'abris des regards.
Lorsqu'il s'arrêta enfin, il sortie un petit sac de sa poche et plongea ses longs doigts dedans pour récupérer un petit cachet blanchâtre qu'il déposa sur sa langue. Il inclina la tête en arrière et ferma les yeux.
Il attendait que l'effet vienne, puis se rendit compte que la jeune femme était toujours derrière lui. Il se retourna et dans un sourire murmura :

- Tu en veux ?

Il avait assez de cachets pour planner toute la nuit et il espérait en profiter. Avec un peu de chance, peut être qu'il se réveillerai avec Kathleen à ses côtés ? Enfin, on verra on verra…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


♣ Date d'inscription : 03/09/2011
Messages : 41


Me, myself & I
Statut: soule, drogée, seule peut-être un peu amoureuse
♣ Humeur:
50/100  (50/100)
♣ Mes relations :

MessageSujet: Re: Take an other drink, drink it if you can   Mer 5 Oct - 21:27




« Kathleen Clawson et Shane C. Duncan »





Je souriais. J'étais défoncée, mais je souriais. Ma tête était prise dans un étau, je ne voyais pas vraiment a plus de trois mètres devant moi, je ne respirais qu'un mélange de sueur, d'alcool et de cigarettes, mais un sourire restait collé à mes lèvres depuis mon rire légèrement hystérique. Le jeune homme devant moi continuait de m'observer sans gène, tout en tirant sa propre taff. Il s'adossât au mur derrière lui, passât la main dans ses cheveux et continuait toujours son examen. Je recrachais la fumée que j'avais avalé depuis ce qui me paraissait être une éternité, avec une sorte de soupire amusé mais sans me départir de mon sourire, fixé aux coins de mes lèvres. J'appuyais mes épaules contre le mur, en face de ma nouvelle connaissance. Les heures consacrées au maquillage et à ma coiffure devaient déjà commencer à disparaitre. Il était sans doute temps de m'enfuir en direction des toilettes, mais cette fois pour une autre raison. Mais je fut prise de cour : L'homme commençait a descendre les marches. Un peu plus bas, il se retournât pour me dire : " j'ai quelques trucs a prendre, tu me suis ? " bien sur, j'étais loin d'être la seule ici à consommer des produits illicites. Et comme si je pouvais refuser, alors que je commençais tout juste a redevenir assez claire pour aligner deux pensées cohérentes à la suite... J'ai négligemment laisser tomber tomber ma cigarette et l'ai écrasée de mon talon avant de répondre simplement : " j'arrive. ". Il continuât de dévaler les marches, et j'ai mis quelques secondes avant de le suivre, je tanguais encore un peu. Arrivés au dernier étage, là où je ne descendais presque jamais car trop loin quand j'étais déjà déchirée et tremblotante sur mes douze centimètres, on a pris des couloirs sombres et presque insalubres, zigzaguant entre des couples d'un soir et les junkies, rasant des murs sur lesquels les inscriptions qui se superposées devenaient flou pour moi, - sans doute comme pour beaucoup des personnes présentent ici. Lorsque le jeune homme s'arrêtât enfin devant moi, je ne reconnaissais même plus l'endroit ou nous étions. Il sortit un sachet en plastique, et plongea deux doigts dedans sans attendre pour en ressortir un petit cachet blanc. Il le met sur sa langue et ferme les yeux, la tête renverse en arrière. Une part de moi, une part enfoui, bousillée, sans doute cliniquement morte, dont le cas était désespérée depuis que j'avais sombrer dans la dépendance. Mais la dépendance m'avait souris : elle m'avais promis des heures d'extases, des émotions, et pire, des sentiments. Elle m'avait donné les plus belles semaines de ma vie, même si elle avait finit par m'abandonner. Je n'avais même plus de culpabilité à être déchirée. C'était une sensation que je n'avais pas ressentit depuis que je me droguais pour des souvenirs, qui n'étaient même pas partagés. Dans certains instants où j'étais assez sobre, j'étais parfaitement consciente d'être pathétique. Mais je n'avais pas envie d'y remédier. J'avais l'impression que j'avais perdu l'idée du bonheur depuis une éternité, tant j'avais trempée dans la mélancolie ces derniers mois. J'avais beau revenir à Birmingham et y espérer quelques éclaircies, j'avais trop changée pour que les potins m’intéressent comme au lycée. Du coup, je retombais dans dans la drogue aussi sûrement que si je n'avais pas bougée de mon campus. Je pouvais recommencer. Encore et encore. Sortir en boite. Boire et danser toute la soirée. Prendre ma coke. " Tomber " sur un homme qui vous en propose de nouveau. Et dire oui. A croire que c'était la seule chose que je savais faire... Le regarder prendre sa dose en souriant, en attendant qu'il te donne la tienne. Comme si aucun d'entre eux ne s'étaient souvenu de la couleur de mes cheveux le lendemain matin.... j'avais beau avoir toutes mes pensées noires, comme d'habitude, je ne ressentais pas déjà un réel manque. Peut-être parce que la situation avait quelque chose d'agréable quoi que un peu malsaine. Être avec quelqu'un quand il vous fait penser à un autre, ce n'était pas vraiment comme ça que je me voyais finir quand j'avais 8 ans. Mais j'avais grandis. C'est sans doute pour ça, que lorsqu'il s'est retourné pour me murmurer : " Tu en veux ? " , j'ai tout simplement souris en lorgnant le sachet. Oui, j'en voulais. J'étais une droguée de cette vie. je finirais comme ça, et ça m'était égal. Jamais je ne pourrais en être rassasier. Je ne sortirais pas de ce cercle vicieux, et s'était ce que je voulais. J'ai patiemment attendu que Shane me donne un petit cachet, et je l'ai pris. Au final, l'opération ne prenait jamais que quelques secondes. Je me suis laissée glisser contre le mur jusqu'au sol, les yeux fermés, à demi-consciente. Le temps de retrouver un peu mes esprits, je regardais le jeune homme dans les yeux pour souffler : " Et maintenant ? "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Take an other drink, drink it if you can   

Revenir en haut Aller en bas
 

Take an other drink, drink it if you can

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Drink me (Solo, Duo, Groupe)
» I drink beer because no great story started with someone eating a salad. | Nathaniel
» Would you like a drink? [Pv: Yuna]
» SANGDRAGON
» Drink to forget [Livre 1 - Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pop The Glock :: North :: Perry Barr :: Night Club-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit